Covid-19, une nouvelle étape dans l'histoire du Cloud naissant

L’effort pour maintenir les opérations pendant la pandémie COVID-19 place le Cloud au centre de la scène pour de nombreuses organisations. Jusqu’à présent, l’impact de la pandémie s’est davantage concentré sur le travail à distance que sur une migration plus rapide vers le Cloud.

Les entreprises sont désormais confrontées à un scénario catastrophe devenu réalité qui montre la valeur de pouvoir évoluer à tout moment avec le cloud: pour s’adapter au travail à distance ou pour exécuter plus de charges de travail sur le cloud public si les centres de données font face à des réductions de personnel.

L’automatisation des tâches informatiques et plus tard de certains travaux administratifs permettra l’entrée dans une digitalisation totale des métiers liés ou dépendants de l’informatique : aucun corps de métier n’y échappera.

Le mouvement que nous avons fait en tant qu’industrie vers plus de services basés sur le Cloud en mettant l’accent sur l’évolutivité, la fiabilité, la distribution entre les zones et les régions.

Ceci faisant écho au moteur initial de la création d’Internet peut avoir été de maintenir la connectivité pendant la guerre nucléaire : La conception d’Internet devrait atténuer la possibilité d’un arrêt complet du système.

Pour les organisations qui rattrapent leur retard sur la migration vers le cloud, nous constatons une forte augmentation du SaaS pour le télétravail et les conférences à distance. En dehors de cela, je ne vois pas les circonstances actuelles pousser plus tard les retardataires vers le cloud pour IaaS ou PAAS. Ces derniers devraient mécaniquement à terme joindre l’un ou l’autre camp.

Alors que des millions de personnes dans le monde s’efforcent de rester productives et de lutter contre l’ennui, le cloud public a permis à des sociétés de vidéoconférence, de collaboration à distance de projets, de commerce électronique, d’éducation, de jeux et de streaming vidéo de répondre à une demande spectaculaire et imprévue d’une manière qui aurait impossible il y a dix ans

Jusqu’à présent, ce changement sans précédent s’est déclenché avec à peine un bégaiement

Les entreprises et les consommateurs apprécient la résilience qui a été démontrée au cours des dernières semaines par des applications frontales comme Zoom, Skype et Slack, mais c’est l’infrastructure principale d’AWS, Microsoft Azure et Google Cloud qui les conserve maintenant. Les services vitaux fonctionnent bien.

Les services Cloud sont un héros méconnu pour avoir permis cette transition soudaine et massive vers une main-d’œuvre à distance – notre capacité à répondre à l’ensemble de nos clients a montré à quel point nos équipes font preuve d’une résilience inédite presque instinctive

Le monde se met soudainement en ligne à une vitesse imprévue !

Une leçon que les organisations fonctionnant dans leur propre infrastructure peuvent apprendre est qu’elles peuvent atteindre des limites sur ce qu’elles peuvent fournir et être éventuellement obligées de refuser des clients ou de voir une certaine dégradation des services

Ceux qui ont construit dans des clouds publics et qui ont vraiment de l’échelle sont plus susceptibles de fournir la perception d’une capacité illimitée, ce qui est une proposition de valeur clé du cloud hyper-évolutif

Quant à l’avenir ? avec une 5G omniprésente, les accès aux services Cloud seront sans heure, Internet partout avec des performances similaires à nos lignes fibres standards

La décentralisation acceptée et le travail à distance devenu norme, nos entreprises se transformeront en un essaim mondial, des gouttelettes d’eau dans un nuage

Restons attentifs car la crise est toujours là, des vies sont en danger et c’est pour l’heure le plus important d’être disponible et d’aider. C’est une grande leçon que nous apprenons : nous dépendons les uns des autres et responsables de notre Environnement. Restons attentifs et tirons les bonnes leçons de cette épreuve

Be Smart, Be Safe